Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Etape 2-4 > Le Guatemala : Antigua

Antigua - ColoresJ50

Balade dans la très très jolie Antigua, agréablement baignée par le soleil : que d'églises en ruines et de façades coloniales fleuries de plantes tombantes... L'atmosphère est un peu gachée par les gros nuages qui s'avancent, et franchement gachée par le repas d'hier soir qui refuse tout évacuation normale. "Non... Tu souffriras" (c'est le cas de le dire, remontées oeuf pourri) > pardon pour les détails, sauter les lignes si ça sent.

L'averse passe et c'est le moment des derniers achats de souvenirs etc pour Papamaman, on essaie d'éloigner le blues des aurevoirs avec du gateau au chocolat et du café, puis à la nuit tombée et sous la pluie, avec des mojitos.

 

J51

Ca y est, Papamaman sont partis après de rapides embrassades pour éviter d'ouvrir les vannes. Me revoilà "seule", ça fait bizarre.

Je passe un long moment dans le patio de l'hostal, indécise comme le temps, à retracer mon itinéraire, à me demander si je bosse. Puis histoire de changer d'ambiance je vais glander au Rainbow Café espérant facetimer avec Marco. Rien. Sieste.

Je me secoue enfin pour aller à La Escudilla, bar où après m'ètre fait payer un jus par des mecs de la capitale aux questions indiscrètes, je rencontre Julio, Pampa et Paco, couchsurfers à qui j'ai envoyé quelques demandes d'hébergement. Julio et Pampa dormant dans le bar meme ne peuvent m'accueillir, en revanche Paco m'ouvre ses portes des demain. J'ai mal aux joues quand je rentre, il est 4h du mat, j'ai passé la nuit à rire avec eux. 

 

J52

Petit texto sympa = patate pour la journée.

Pour les petits boulots ici les opportunités ne manquent pas, mais je culpabilise de "voler le travail des locaux". Donc je me tate. Je me promène entre les étals du marché, et je retourne au Rainbow Café qui serait un parfait QG pour mes copines et des litres de thé... Il y a un concert qui se prépare, je discute avec le chanteur, cubain, et j'ai donc mon programme de la soirée. Très bon concert avec des danseuses pas très bonnes très bien refaites. Une ou deux salsa avec des gens d'ici et Pampa me ramène vite vite à La Escudilla, où Paco, fatigué, m'attend.

 

J53

20 min à pied pour retourner à Antigua, un petit dèj et quelques courses, re-20 min jusqu'à San Felipe de Jesus. Je me crois dans karaté kid : je mets ma veste, j'attache ma veste, je la détache, je la remets... le tout au rythme des nuages qui apparaissent et disparaissent. Le temps passe vite quand les conversations sont bonnes... Je laisse Paco pour attraper mon bus pour le volcan Pacaya, dans lequel je suis démasquée française... fichu sac Quechua ! Montée sympa avec Loic et Eric de St Jean de Luz, suivis de près par les "taxis naturels" : des gamins sur des chevaux espérant qu'on craque avant la fin. Mais la rando est facile et bientôt nous voyons au loin le volcan Agua et Guatemala City, vue gâtée par les nombreux emetteurs de télephonie que le vent fait siffler. Ca commence à peler sérieusement. Soudain le cône fumant apparaìt, au milieu de ce paysage lunaire de pierres de lave :  wouuuaaaah!!! Sous mes chaussures ça craque, j'ai l'impression de piétiner des croquettes pour chien. Nous nous approchons d'un trou dont se dégage une chaleur incroyable, quelques anglosaxons engloutissent des chamallows grillés au souffre, mais je m'impatiente, je veux voir la lave !! Rien, et ce qui brule là au fond ressemble fort à un bout de bois qu'on aurait jeté pour quelques touristes frustrés. J'aurais préféré qu'on ne nous promette rien... Retour dans l'obscurité et la poussière, je suis toute grise en arrivant à Antigua. Paco à l'amabilité de comprendre que j'ai besoin d'une douche avant de ressortir. Quelques Gallo 1L et un mauvais dj, nous rentrons pour de longues conversations dans la cuisine.

 

J54

Paco est pas bien, on laisse tomber la plage pour aujourd'hui. Je vais faire ce que je fais bien : boire des cafés en lisant des livres. Trop dur. Quelques nouvelles de mon froid pays, une étude approfondie des gens qui fréquente le Café et je pars en quête du spectacle de danse dont j'ai vu la pub sur les murs de la ville. A voir la tète du chauffeur de bus il est préférable que je rentre plutôt qu'aller au spectacle toute seule, c'est plus prudent. Un peu déçue et après une courte hésitation (ça craint, j'ai froid et j'économise des thunes), je marche vite pour arriver avant la nuit et converser 4h supplémentaires avec Paco.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
F
<br /> coucou, que de beaux récits que tu nous fais... merci de nous faire rêver par tes aventures et tes photos...<br /> je suis heureuse de voir que tout se passe bien...<br /> moi j'emménage ce week-end dans notre ptit nid d'amour: je t'aurais bien dit de passer boire l'apéro mais bon je suppose que la traversé de l'océan n'est pas pour de suite hihihi... les cours de<br /> salsa se passe super bien... jtembrasse et pense à toi très fort... tu sais où me trouver à ton éventuel retour ;-)<br /> bisous bisous...<br /> <br /> <br />
Répondre
Ha oui je serais bien passée pour l'apéro, mais effectivement il va me falloir un peu de temps... Félicitations alors et gros gros bisous! Adé.
F
<br /> Wouah ! ton aventure est vraiment très riche et il va falloir que je suive ca plus assidument. en tout cas l'heure passée à rattraper mon retard m'a reboosté le moral malgré le temps pourri qui<br /> nous rappelle que l'hiver arrive. gros bisous.<br /> ah et puis si ca te tente, dis nous quand tu es dispo pour facetimer que je rameute la familia !<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> salut ADE nous te remercions du petit mot accompagne de la bouteille, un beau souvenir pour nous, et surtout pour lea a qui tu manque!!!!bisous a toi et a bientot!!!!<br /> <br /> <br />
Répondre
Mes élèves et les cours me manquent, mais je dois avouer que je n' échange pas ma place pour autant. Je vous envoies des bisous, et un gran abrazo para Léa en particulier. Adé.