Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Étape 9-3 > Le Pérou : La Vallée Sacrée, Cuzco bis

Maras - Salinas

 

J264

Les puzzles de pierre dans les rues désertes d'Ollantaytambo font toujours autant beuguer mon cerveau. Aux ruines je profite de la vue superbe sur la vallée, et des explications de José, qui me parle... des extraterrestres (!!!) et me raconte la fois où il a vu une navette atterrir dans la montagne. On parle aussi du succès d'Humala aux élections, de la satisfaction du "Pérou d'en bas".

Dans le combi une jeune fille porte un drôle de chapeau : on dirait un saladier tenu par une lanière de perles qui cache une bonne partie de son joli minois. Ce bout de tradition contraste avec ses vêtements modernes. A Pisaq je me rends sur le site archéologique, "physique". Essoufflée aux torreones je comprends les encouragements des touristes qui descendaient... La vue sur la vallée sacrée et le Rio Urubamba incite à la méditation. Je chante. En retournant au village, Amaru m'accompagne et m'improvise une sorte de cérémonie au pied des tombes profanées, à base de feuilles de coca et d'incantations à la Pachamama.

Après je file à Cuzco en taxi collectif et arrive pile pour fêter l'anniversaire d'Anne-Sophie. Pour l'occasion resto grande classe, explosion de saveurs entre mes raviolis betterave pesto champignons et ma mousse au chocolat blanc et whisky... Mmmmmh!

 

J265

San Blas, quartier bobo et touristique, me dévoile ses charmes avant que je retrouve Martin et Eloïse rencontrés hier. "City tour"... l'espace d'un instant on se demande ce qu'on fait là vu l'animation club med en anglais... Mais finalement on colle les trois français que nous sommes avec les hispano-hablantes : quelques andalouses et une famille de péruviens. D'abord Qorikancha, dont on sait que les jardins étaient probablement décorés de lamas d'or grandeur nature -trésors planqués quelquepart ou refondus dans vos bijoux-, puis Sacsayhuaman et son improbable tetris en blocs de 130T. La théorie des gentilles petites cordes et des rampes de terre me parait aussi aberrante que celle des aliens (quoique j'aime bien la 2eme...). A Q'enko, frigo naturel taillé dans la roche, parfait pour la préparation et la conservation des momies, nous déplorons la destruction du crapaud de pierre volcanique (8m de haut de paganisme anéantit par les bien pensants conquistadores). Enfin, Puqa Pukara et Tambomachay, où les fontaines débitent toujours la même quantité d'eau, quelquesoient les pluies. Le système de canalisations reste une inconnue pour les archéologues. Balèse.

De retour en ville, juste le temps de me préparer pour ressortir : attention avec les talons, ma rue s'appelle pas resbalosa pour rien... Diner-débat sur le machisme avec les copines espagnoles puis dancefloor enflammé avec Jua, un couchsurfeur complètement fou. Je rentre avec Martin, le danseur allemand qui partage mon dortoir, et me couche toute maquillée, parfumée à la cigarette.

 

J266

Direction Chinchero avec Martin et Eloïse. Nous faisons la connaissance de Pierre, prof d'EPS avec qui je passe plus de temps à parler d'enseignement qu'à écouter les pubs du guide pour tel parc d'attraction ou tel tour organisé. Au centre d'artisanat, démonstration du lavage de la laine avec une racine non comestible, filage, tissage... Et vente bien sûr. Le combi zigzague dans la montagne, et soudainement elles nous sautent aux yeux : les magnifiques Salinas de Maras. Des milliers de bassins de sel en blanc, marron, rouge... réserve en fonction depuis l'empire Inca. Plus tard nous admirons les terrasses en amphithéâtre de Moray, "salle de spectacle" à l'acoustique extraordinaire. Capacité d'accueil : 75000 personnes. Idéal pour Johnny Capac ou autre Pachamadona.

Au centre Qosqo je vais voir le spectacle de danses folkloriques. Malgré les jolis costumes colorés je trouve ça... chiant. Une seule chorégraphie interprétée par un jeune couple attire mon attention : séduction infinie dans les regards comme dans les mouvements, jeux de pieds à en perdre la tête,... sur laquelle chacun garde un verre d'eau en équilibre!! Baiser final et cul sec sous les applaudissements. Je rejoins mes amis andalous pour une pizza (sans inca kola svp!) avant d'aller me défouler en boîte avec mes gardes du corps retrouvés, Nico et José.

 

J267

Je termine mon boleto turistico comme on termine un repas au resto "parce qu'on a payé". J'enchaine donc les musées d'art contemporain, d'histoire régionale,  de Qorikancha (y-a-t-il eu des survivants à ses trous béants qui sont des trépanations?), le monastère de Sta Catalina ex-temple des vierges du soleil... Je me charge en vitamine E, rien de plus naturel que l'adoration du grand astre.

Plaza de Armas, défilé de collégiens en costumes, mais le froid et les musiques andines ne me retiennent pas... Le bus part bientôt.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :